c396964e92232f109b069ba4d01744a4 html e7cf9e77

Comment prendre de meilleures décisions commerciales

Votre guide pour prendre de meilleures décisions commerciales

Gérer une entreprise implique de prendre de nombreuses décisions jour après jour. Pour les propriétaires de petites entreprises, cela peut aller de la décision de la quantité de papeterie à commander à la définition des structures de prix ou à la création de stratégies de croissance vitales. Toutes ces décisions ont des effets d’entraînement, il est donc important pour les propriétaires d’entreprise d’affiner leurs compétences en matière de prise de décision. Pour faciliter ce processus, chez Axellence, nous avons organisé une liste d’ outils de prise de décision en fonction des situations spécifiques ci-dessous.

Techniques de décision d’affaires 

Les deux principaux types d’approches pour prendre de meilleures décisions commerciales sont l’approche de résolution de problèmes et l’approche d’arbre de décision. 

1- L’approche de résolution de problèmes 

Qu’est-ce que l’approche de résolution de problèmes ?

Une prise de décision efficace repose sur un processus de réflexion solide et il existe plusieurs outils que vous pouvez utiliser pour prendre une décision particulière. L’une de ces méthodes est l’approche de résolution de problèmes. Le processus de recherche d’une solution en suivant cette approche est simple ; Identifiez et définissez le problème, travaillez sur des solutions alternatives, évaluez et choisissez la meilleure solution et mettez en œuvre la solution. 

1ère étape : identifier et définir le problème

Pour commencer, vous devez déterminer le but de ce que vous essayez d’accomplir. Essayez-vous de résoudre un problème ou d’améliorer un processus ? Par exemple, disons que vous avez un problème de trésorerie qui peut avoir un impact significatif sur la croissance de l’entreprise. Vous remarquez que même si vous facturez régulièrement des clients, vous avez du mal à payer les fournisseurs. 

Après avoir étudié le problème, vous réalisez que le problème est lié aux flux de trésorerie, mais pour mieux comprendre ce problème, vous devez d’abord examiner et documenter le processus existant. Si vous avez plusieurs personnes dans votre organisation, cette étape vous demandera de faire quelques recherches auprès de toute personne impliquée dans ce processus. Vous pouvez commencer votre recherche en posant quelques questions simples, telles que : 

  • Qui est responsable de ce processus et quelles sont leurs responsabilités ? 
  • Quelles informations utilisent-ils pour terminer leur travail?
  • Quels outils utilisent-ils ? 
  • À quelle fréquence communiquent-ils avec des collègues et des clients ? 
  • De quel délai disposent-ils pour accomplir leurs tâches ? 

Ensuite, vous devez concevoir une méthode qui vous aidera à développer une solution. Par exemple, vous pouvez utiliser un organigramme pour identifier le processus existant et un diagramme de cause à effet pour explorer les raisons qui ont conduit au problème. Vous devez également tenir compte de l’impact que les étapes de la solution et du processus peuvent avoir sur l’entreprise et les personnes mettant en œuvre ces solutions. Dans ce cas, une prévision des flux de trésorerie ou une procédure de contrôle de crédit efficace pourrait être une solution potentielle, notre guide pour aider les entreprises à être payées à temps serait une ressource à valeur ajoutée au cours de ce processus.

2e étape : trouver des solutions alternatives

Une fois que vous avez défini le problème, l’étape suivante consiste à identifier l’objectif de la solution, c’est-à-dire ce que vous voulez que la solution réalise. Par la suite, vous devez travailler sur une série de solutions alternatives qui correspondent à votre objectif. 

Vous pouvez utiliser des techniques telles que le Brainstorming pour trouver plusieurs solutions alternatives. Vous devez également imaginer des solutions alternatives à court et à long terme, car certains problèmes peuvent avoir des contraintes de temps ou peuvent devoir être mis en œuvre immédiatement. 

Troisième étape : évaluer et choisir la meilleure solution

Une fois que vous avez une variété de solutions, vous pouvez les évaluer avec des outils tels qu’une liste des avantages et des inconvénients, pour chaque option. Vous devez tenir compte des éléments suivants lorsque vous choisissez la meilleure solution :

  • A-t-il la capacité de résoudre le problème sans perturber aucun autre processus au sein de votre entreprise ?
  • Sera-t-il accepté par toutes les autorités concernées de l’entreprise ?
  • La solution est-elle facile à mettre en œuvre ?
  • La solution a-t-elle la capacité de remplir sa fonction dans les contraintes organisationnelles ?
Quatrième étape : mettre en œuvre la solution que vous sélectionnez

Parfois, choisir la meilleure solution est la partie facile. Souvent, lors de l’utilisation de nouveaux processus ou outils, il y a une certaine résistance du personnel. En tant que leader de ce processus, vous devez vous assurer de rationaliser le processus de mise en œuvre. Pour ce faire, vous devez vous assurer d’inclure les commentaires des employés lors de la planification des procédures de la solution. Vous devrez également formuler des mesures continues et surveiller l’efficacité des solutions à court et à long terme. 

2- L’approche de l’arbre de décision 

Qu’est-ce que l’approche de l’arbre de décision ?

Un arbre de décision est un diagramme de type organigramme qui illustre divers résultats produits à partir d’une série de décisions. Il peut être utilisé pour tout, des stratégies de planification à l’analyse de la recherche. Un arbre de décision est également connu sous le nom d’arbre de probabilité. Cette approche vous permet de choisir la meilleure solution en énumérant les résultats possibles les uns par rapport aux autres ; en fonction de facteurs tels que les coûts, les avantages et la probabilité d’occurrence. Cet arbre peut également être utilisé de manière informelle lors de sessions de brainstorming lors d’une réunion d’entreprise ou peut être utilisé pour extraire un algorithme qui aide à choisir le meilleur choix statistiquement.

Comment faire un arbre de décision ?  

Un arbre de décision comporte trois parties principales : un nœud racine, des nœuds feuilles et des branches. Le nœud racine est le point de départ de tout arbre de décision. Dans le nœud racine, vous écrivez le problème principal qui doit être résolu. Les nœuds feuilles contiennent également des questions ou des critères qui doivent être traités. Les branches sont essentiellement des flèches qui relient tous les nœuds, elles illustrent le flux de l’arbre. 

Il existe trois types de nœuds différents, le premier est le nœud aléatoire qui décrit les probabilités de certains résultats, et un cercle est utilisé pour le représenter. Le deuxième type de nœud est un nœud de décision qui révèle une décision à prendre et est généralement représenté par un carré. Le dernier type de nœud est le nœud final qui révèle le résultat final de votre parcours de décision. 

Apprenez à utiliser un arbre de décision pour analyser les données et prendre des décisions commerciales efficaces. Nous avons des spécialistes formés au sein de notre cabinet comptable à Bruxelles, qui peuvent vous guider à l’aide de divers outils de planification et de stratégie. Combiné à nos services comptables et stratégiques, nous pouvons concevoir des stratégies de prise de décision efficaces et améliorer les performances de l’entreprise, modifier votre modèle d’affaires ou garder une longueur d’avance sur vos concurrents.

Styles de prise de décision 

Différents types de styles de prise de décision

Chaque entrepreneur a une perspective distincte qui lui permet de gérer son entreprise d’une manière unique. Un propriétaire d’entreprise agile est capable d’adapter ses capacités de prise de décision au besoin pour répondre aux exigences de circonstances commerciales en constante évolution. Connaître les différents styles permettra à un entrepreneur avisé d’exploiter chaque méthode, au fur et à mesure que la situation l’exige. Les quatre principaux types de styles de prise de décision sont : directif, conceptuel, comportemental et analytique. 

Prise de décision directive

Les décideurs directifs étudient les avantages et les inconvénients d’une situation particulière sur la base de l’ensemble des informations dont ils disposent déjà. Ces décideurs laissent peu ou pas de place à l’ambivalence. Ils utilisent leurs connaissances personnelles et organisationnelles, leur expérience et leur logique pour déchiffrer une solution au lieu d’approcher les autres pour extraire plus d’informations. Cela leur permet de prendre des décisions rapides.

Quand adopter ? 

La décision directive est recommandée dans des circonstances où l’entreprise a déjà été confrontée aux mêmes problèmes et implique des schémas répétés et des événements récurrents. Ce style est recommandé dans les cas où la solution existe déjà et la procédure est comprise par chaque employé clé. 

Prise de décision conceptuelle

Les décideurs conceptuels adoptent une approche socialement collective du processus décisionnel. Ces décideurs favorisent le raisonnement créatif et la collaboration. Ils accueillent également favorablement l’ambiguïté lors de l’examen minutieux de la décision. Les décideurs conceptuels sont axés sur les réalisations et sont plus susceptibles de considérer les conséquences à long terme lorsqu’ils prennent une décision.

Quand adopter ? 

Ce type d’approche est recommandé pour les situations où il existe différentes idées concurrentes. L’approche conceptuelle de la prise de décision est recommandée pour les situations imprévues qui nécessitent des approches innovantes pour trouver des solutions différentes.

Prise de décision comportementale

Les décideurs comportementaux adoptent une approche de prise de décision davantage axée sur le groupe. Ces décideurs ne considèrent que les options qui s’offrent à eux. Ils étudient les avantages et les inconvénients de chaque option à leur disposition et en sélectionnent une après une analyse appropriée. Ils intègrent également les opinions des parties prenantes concernées et des employés concernés au cours du processus de prise de décision.

Quand adopter ? 

Ce type d’approche est recommandé lorsque le décideur doit s’engager dans une communication proactive. Le style comportemental considère une approche introspective d’une solution qui oblige les décideurs à discuter de différentes options et à évaluer celles qui ont fonctionné dans le passé de manière très détaillée.

Prise de décision analytique

Les décideurs analytiques fondent leurs décisions sur des observations directes, des faits disponibles et des statistiques. Contrairement aux décideurs directifs, les décideurs analytiques acceptent l’ambiguïté et peuvent s’adapter en conséquence à l’évolution des circonstances commerciales. Cependant, ils préfèrent toujours avoir une influence sur les principaux facteurs du processus décisionnel. Le plus gros inconvénient de cette approche est qu’elle peut prendre du temps. 

Quand adopter ? 

Ce type d’approche est recommandé pour les situations où il existe plusieurs solutions réalisables à mettre en œuvre. 

Une approche étape par étape pour prendre de meilleures décisions commerciales

Compte tenu de l’importance de prendre des décisions éclairées et logiques, nos comptables de Belgique ont préparé un bref guide sur les mesures que vous pouvez prendre pour améliorer la qualité de la prise de décision en tant que propriétaire d’entreprise.

L’évaluation des risques

Il est crucial de procéder à une évaluation approfondie des risques avant de finaliser une décision. Vous pouvez utiliser notre modèle de matrice d’évaluation des risques pour analyser les risques qui peuvent avoir un impact sur vos décisions. Une évaluation des risques ne concerne pas seulement les enjeux, mais aussi la manière dont vous envisagez de surmonter le risque potentiel. Une fois que vous avez évalué les risques, vous devez créer un plan de gestion des risques bien défini pour vous aider à prendre la réponse appropriée pour le risque associé. En collaboration avec des gestionnaires de risques, des courtiers d’assurance et des conseillers commerciaux, nous avons élaboré un guide détaillé pour une gestion efficace des risques.